roumanie

17km infernaux

La dernière fois que j’étais venu à vélo à Bucuresti je n’avais trouvé pour rejoindre la ville qu’une autoroute sans même une bande d’arrêt d’urgence. J’y avais parcouru quelques km et j’avais failli mourir 10 fois. Depuis un vague trottoir a été construit, on peut y rouler, mais c’est loin d’être confortable. Nombreux trous, bordures hautes comme des marches, passages étroits. Mais au moins est on un peu plus en sécurité, juste un peu.
Plus loin à l’approche de la ville les pistes cyclables apparaissent, elles ont été tracées à la peinture dans la ville sans tenir compte du moindre aménagement, on y trouve de tout, des plaques d’égout manquantes, des bordures, des arbres, des poteaux… Quand la circulation le permet, je roule sur la chaussée.
Image
Aujourd’hui journée repos, grasse matinée à l’hôtel puis quelques courses. Demain je prend le train vers le nord.

Ce message issu de l’agriculture biologique à été rédigé avec des électrons recyclés. Il est en conséquence possible que des fautes d’orthographe s’y soient malencontreusement glissées.
Advertisements
Standard

2 thoughts on “17km infernaux

  1. hertje dit :

    Je suis certain qu’en fait tu es au Club Med et que tu as négocié un fût avec un student de Philo pour rouler à ta place 🙂 On veut des photos de toi SUR le vélo avec la pompe… du bar branché de la ville !!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

You are commenting using your Google+ account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s